30/08/2010

L’école à la maison: pour avoir le contrôle total de ses enfants!

Ainsi, Léandro, Amaya et Tao vont suivre leur cursus scolaire à la maison, comme nous le raconte Le Matin (édition du 30 août).

Maman est donc indispensable à leur culture, à leur éducation, à leur enseignement, à leurs moments de pause, à leur alimentation, à leur breuvage... J’y vois là une dérive, voire une totale emprise.

Pour des raisons sécuritaires ou de niveau pas assez satisfaisant des écoles (publiques, mais apparemment privées aussi!), les mères se substituent à un enseignant pour donner les leçons. Voilà, c’est ça, donner toutes les leçons de vie à sa progéniture. Et, bien sûr, exiger d’eux l’excellence!

Oui, les préaux d’école peuvent être le théatre de disputes parfois violentes, mais cela fait partie de la construction d’un enfant. Et oui encore, l’école n’apprend pas tout. Mais faudrait-il jeter les professeurs à la poubelle et se couronner «Professeur toutes branches»? Non et encore non. Ces enfants vont se fermer à toute forme de solidarité, camaraderie, partage, communication extérieure et dame mère aura, ainsi tous les droits et les pouvoirs! Oui, les parents veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs petits, mais là, c’est une dérive de plus pour les confiner et, surtout, leur faire emmagasiner des notions dont ils n’auraient pas besoin.

Le chemin de la vie avec les autres est nécessaire pour se confronter, mais également partager. Comment vont-ils faire, devenus adultes, pour entrer dans la vraie vie? Ils demanderont toujours l’avis de maman pour prendre des décisions de tous ordres. Les entreprises dans lesquelles ils évolueront n’auront, elles, aucune tendresse pour ces rejetons élevés dans du coton! Enfin, n’oublions pas que cette mesure d’école à la maison a été rendue possible pour des enfants malades et/ou hospitalisés. Pas pour de telles exigences personnelles totalement injustifiées.

Sandra Joly

Lire la suite