17/09/2014

Le piéton devenu «piétard»

Vous connaissez déjà les chauffards et les motards… Place maintenant à un nouveau genre sur les routes : les «piétards». Que me vaut d’affubler d’un tel quolibet une partie des piétons? Un ras-le-bol très justifié de moult situations vécues qui auraient pu tourner au drame. En une fraction de seconde.  

 


Ceux qui traversent un passage pour piétons au rouge, sans regarder, soit en courant, soit en prenant tout leur temps… D’autres qui s’élancent au milieu d’une chaussée alors que la circulation est très dense et attendent au milieu la petite brèche pour regagner l’autre rive… Des mères, aux commandes de leurs poussettes ou enfants en bas âge, qui se pressent sur les routes, jouent sur notre culpabilité d’automobiliste et se disent qu’on ne pourra que les laisser passer… Des adolescents qui, adrénaline hormonale oblige, se lancent des défis pour se faufiler entre les bagnoles aux heures de pointe… Des gens ivres ou sous quelque drogue qui n’hésitent pas à se lancer sur votre capot en titubant. Mais aussi des idiots (permettez, ça me démangeait trop!) qui, vêtus de noir, donc totalement invisibles, se précipitent pour traverser alors que le jour n’est pas levé ou que la nuit est déjà tombée. Enfin, ces gens qui sortent des trams ou bus et qui, en essaim entêté et diffus, s’élancent sur la chaussée. Et ce qu’il y ait des véhicules arrêtés ou non.

 

Voilà, ceux-ci – seulement - je les affuble du nom de « piétards » ! N’ont-ils pas conscience de leurs gestes qui pourraient changer radicalement et douloureusement leur vie ? Se croient-ils au-dessus de tout accident, drame ou loi ? Mais pour eux, cela n’arrive qu’aux autres… Le conducteur doit adapter sa vitesse, être attentif à tout. Mais dans mes quelques exemples, toutes ces personnes auraient dû assumer leurs actes. Je pense à cela, à eux. Et, je pense aussi à l’automobiliste, non  fautif, qui devra vivre avec une personne estropiée, handicapée ou décédée ?

 

Mes quelques lignes n’y changeront rien. Les routes genevoises sont dangereuses, autant pour les conducteurs que les piétons. Nom d’un pétard !


 

Les commentaires sont fermés.