13/09/2010

Devenir mère... en 100 coïts!

Il faudrait donc plus d’une centaine de rapports sexuels pour qu’une femme - dès 35 ans - accède au (divin) statut de mère! (cf. Le Matin Dimanche). Que les femmes, qui ont peine à être enceinte, enragent d’un tel verbiage.

Comment ranger la fertilité d’un ventre à un nombre minimum ou maximum de coïts?

Tomber (j’ai toujours trouvé vilain ce verbe, déjà péjoratif!) enceinte tient de (petits et grands) miracles successifs. Oui, nous enfantons depuis des siècles et des millénaires. Mais pourquoi cela fonctionne t-il pour certaines et pas pour d’autres? Personne ne peut répondre précisément à cette question, avant tout symbolique, même si des spécialistes de tous poils planchent sur cette question. C’est physique, anatomique, génétique, très bien... Mais au niveau de l’esprit, de l’âme, du subtil, que vivent-elles ces femmes qui ne peuvent enfanter? Alors louer, ainsi, un «remède» miracle comme une centaine de rapports sexuels pour «semer la petite graine» relève de l’imposture.

Nous, femmes qui avons enfanté «facilement», sommes de tout coeur avec nos paires. Que ces dernières puissent avoir un espace de parole pour témoigner de ce parcours douloureux d’une mère en devenir, parfois impossible. Qu’elles soient toutes ici soutenues et saluées.

Sandra Joly

Commentaires

Toute femme sait que, contrairement aux hommes, nous avons une horloge biologique qui passé la trentaine ralentit quelque peu notre « fertilité ».

Dès lors je ne vois pas le motif d’enrager. Quand et si on fait le choix de ne pas avoir d’enfant pour pleins de bonne raison avant 35 ans, il faut savoir que ce n’est pas quand on aura décidé d’accéder au statut de mère que le divin apparaitra.

Écrit par : Loredana | 14/09/2010

Les commentaires sont fermés.