15/11/2015

Tout a été dit... Et pourtant!

Tout a été dit… Les mots sembleraient illusoires. Et pourtant. Il faut dire, écrire. Juste des mots pour combler un vide laissé par cette barbarie. 

Juste des mots pour panser les plaies. Juste des mots pour être avec ces âmes parties trop tôt. Un soir doux où il était justement bon de prendre du plaisir. D’être ensemble, sur un terrasse, dans une salle de concert ou dans un stade de football. En liesse, dans la joie. Ils s’appelaient François-Xavier, Ludovic, Thomas, Nathalie, Juan, Pierro, Stéphane… Qu’importe leurs prénoms et surtout leurs confessions. Ils étaient des humains parmi d’autres. Et ils sont nombreux, d’ailleurs la liste n’est pas complète… Des hommes, des femmes, des jeunes, parfois des très jeunes, des moins jeunes, des parents, des grands, des petits, des costauds, des blonds, des bruns, des fragiles, des blancs, des plus foncés…

Combien de proches ont cherché les leurs, des heures durant, la peur au ventre ? Les photos des victimes commencent à inonder les réseaux sociaux et bientôt les journaux. Des regards lumineux désormais éteints. Ils sont beaucoup dans le monde à souffrir de ces attentats (malheureusement il n’y a que ceux-ci qui nous font réagir) et ils rejoignent désormais le cortège des «sacrifiés», des victimes d’une guerre qui ne dit pas son nom. Au nom de quoi ? Du pouvoir. Alors, comment pouvons-nous encore espérer un monde meilleur ? Peut-être en ne laissant pas nos cœurs submergés par la haine. On peut être en colère, mais la haine est justement ce que ces terroristes ont en eux. La haine de nous, de l’autre. Alors, mettons de l’Amour entre nous. Rien que pour la paix !

17/09/2014

Le piéton devenu «piétard»

Vous connaissez déjà les chauffards et les motards… Place maintenant à un nouveau genre sur les routes : les «piétards». Que me vaut d’affubler d’un tel quolibet une partie des piétons? Un ras-le-bol très justifié de moult situations vécues qui auraient pu tourner au drame. En une fraction de seconde.  

 

Lire la suite

27/09/2011

Un jour, madame Marie a perdu la mémoire...

Ses yeux bleus pétillent… Cependant, la maladie a fait son chemin, ella a tissé ces milliers de fils invisibles de l’Absence. Durablement et inexorablement. Cette dame, je l’appellerai Madame Marie. Elle me regarde et elle semble me reconnaître. Illusion. Son iris se perd dans le mien. Où est-elle ? Dans l’incertain. Où va t-elle ? Vers le certain.

Lire la suite

05/01/2011

Ritaline, pas ma copine!

Faut-il attendre Oskar Freysinger pour évoquer les effets de la Ritaline? La réponse est «oui».
Ainsi, le tribun UDC a déposé, en juin 2010 déjà, une interpellation visant à demander au Conseil fédéral « d’effectuer une étude approfondie sur les effets à long terme et les éventuels moyens compensatoires pour les remplacer ». Les études, visant à confirmer les effets positifs existent. Mais de qui émanent-elles ? Des groupes pharmaceutiques, et ce, directement ou indirectement.
Avant que les termes « hyperactifs » ou « déficit d’attention » n’existent, les enfants étaient classés « rêveur, dans la lune » ou «trublion, agité ». Aujourd’hui, les termes ont été revisités scientifiquement.  Ce que je dis, c’est que les enfants sont de plus en plus placés dans des « cases » et, ainsi, promptement médicalisés. La preuve : le nombre de ventes de Ritaline en constante augmentation et les parents, de plus en plus nombreux, invités à faire poser, à leur progéniture, « le » diagnostic. 
Pourquoi ? C’est la question que nous tous devons nous poser. Notre société, en mal de compétition en tous genres, doit taire les personnes « pas comme les autres »… Nous gérons nos enfants comme de futurs leaders : ils doivent être calmes, appliqués, intelligents, etc.
Oui, les enfants souffrant réellement de ces maladies existent. Et de tels médicaments peuvent être nécessaires. Mais ils ne doivent pas être prescrits à tout-va.

06/12/2010

Recevoir son petit Noël!

Vu le nombre de personnes déambulant en ville, dans les marchés de Noël et même chez Schilliger le dimanche… les festivités de Noël promettent !

Même si j’ai, moi aussi, déambulé, plusieurs sentiments m’ont accompagnée. Pressés d’acheter, de consommer à tout prix, les gens n’affichent pas une mine réjouie. Bien au contraire ! Se rendent-ils peut-être compte que le matériel ne leur rendra pas leur joie de vivre ? Ou ressentent-ils cet écart qui se creuse toujours plus sur le front des rangs sociaux ? Beaucoup se demandent comment ils vont gérer leur budget 2011… Mais en attendant, rêvez, braves gens ! C’est cela que nous sussurent – en douce – les devantures. Pour une psychologue que j’ai interviewé, «c’est une période magique où tout est possible. On est fasciné et on achète ! »

Nos grands-parents, pour leur Noël, n’avaient pas de jouets incroyables. Certains recevaient des chocolats « précieux », d’autres des mandarines. Mais c’était déjà incroyable ! A l’époque, on appelait « ça » : « recevoir son petit Noël ». Aujourd’hui, les enfants reçoivent tant et tant que beaucoup ne savent plus avec quoi jouer ! Certains parents ont déjà paré à cette « overdose » en regroupant l’argent de la famille et en n’offrant qu’un seul cadeau ! Intelligent !

Mais n’oublions pas que Noël reste une fête de famille. Se retrouver, partager, devraient rester les maîtres-mots de ces festivités. 

08/11/2010

Voyages d'études... Mais t'étudies quoi?

Réaction à: "Trois étudiants genevois arrêtés pour agression et vol"

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je me pose la question de savoir, aujourd’hui, à quoi servent les voyages d’études. Promus, naguère, au rang d’apprentissage culturel ou social d’un haut lieu (Rome, Prague, Berlin, etc.), ces semaines pour collégiens en dernière année de maturité ne riment plus à rien.

Un, les classes en tant que telles n’existent plus. Donc, les voyages s’organisent – dixit des enseignants eux-mêmes – au gré des possibilités offertes aux jeunes. Ils s’inscrivent sur des listes – par lieu où séjourner – et se retrouvent avec des copains. Ou pas. En tous les cas pas avec des amis avec lesquels ils ont tissé des liens étroits dans une classe…

Deux, ils ne sont pas encadrés. Ou, du moins, très mal. Parce qu’ils sont presque tous majeurs, ils peuvent « errer » dans une ville inconnue comme bon leur semble…

Trois, on connaît l’envie des jeunes de braver des interdits. Et là, c’est l’occasion rêvée. On boit plus que de raison. On s’entraîne à telle ou telle bêtise. Bref, on se confronte à l’autre, mais pas toujours dans une bonne intelligence.

Je sais, il faut que jeunesse se passe… Et c’est vrai que cela peut être synonyme de festivités… Mais les dires sont là : peu de jeunes reviennent avec des souvenirs autres que des beuveries ou autres jeux idiots… Alors, pourquoi encore appeler « ça » voyages d’études?

 

24/09/2010

Lourdes vs Madonna

Je pourrai aussi titrer Madonna vs Lourdes, tant les articles sur la relation mère-fille Ciccione-Leon pullulent dans les magazines français. Le sujet est d’importance internationale… «Lourdes veut-elle éclipser sa mère?» Fifille n’a que 13 ans, mais trace sa route comme… sa mère. Alors, LA question est sur toutes les lèvres : «qui va détroner qui?»

Qu’est-ce qu’on s’en fout, tant leurs egos sont surdimentionnés… Il faut bien l’avouer. Mais voilà, quand la-fille-à-sa-maman-star grandit, on aimerait bien, nous, qu’il y ait comme un souci. Que ces gens qui pètent dans les paillettes aient aussi leurs « petits » tracas. Alors, pourquoi ne pas les créer. Et si Lourdes allait dépasser sa Lionne de mère? On se réjouirait presque de relire les mêmes textes, mais peut-être en plus « trash », sur la petite Suri Cruise-Holmes…

Il est vrai que les gens raffolent de «tout ça». Constater que les «gens que nous avons rangé au rang d’idoles» sont finalement comme tout le monde, presque comme nous. Que leurs rapports familiaux ne sont pas si faciles que cela. Que la crise d’adolescence se fait aussi dans la famille Ciccione… Qu’elle va répéter quarante mille fois les mêmes choses à sa fille: «range ta chambre, ne me parle pas comme ça, fais tes devoirs, ne te mets pas les doits dans le nez, arrête de regarder la télé (ah non, ça elle a pas le droit !) et va dormir, etc.»

L’argent ne fait pas le bonheur, dit-on. Ouf!

08/09/2010

Attention! L'e-drug débarque. Ce sont nos enfants qui vont trinquer!

Elle ne se sniffe pas, ne s’injecte pas, mais s’écoute… La «drogue numérique», ou e-drug, fait des ravages aux Etats-Unis et vient de débarquer en Europe. Principe de la «chose»: le battement binaural, à savoir des sons envoyés aux oreilles à une fréquences différente pour chaque oreille. C’est cette différence de fréquence qui peut déclencher un état de transe, voire des sensations d’euphorie ou de vertige ou encore une sorte d’hypnose. Ce phénomène n’est, d’ailleurs, pas nouveau puisqu’il a été découvert en 1839.

Je vous livre ce que j’ai pu glaner sur Internet :

«Planer en écoutant de la musique ? C'est en tous cas sur cette promesse que s'est développé un marché assez juteux: les sites proposant de télécharger des morceaux, des "doses" portant le nom de vraies drogues (LSD, ecstasy, marijuana) foisonnent. Selon ces sites, il suffit de s'allonger au calme, les yeux fermés et d'écouter le fichier pour planer, voire ressentir des effets semblables à ceux entraînés par l’alcool ou la prise d'un produit stupéfiant.

Le site I-doser qui se revendique le leader sur le marché, propose ainsi près de 150 "doses différentes", une application à télécharger pour son I-phone… Plus inquiétant, il propose de devenir un "dealer" de drogues numériques et de toucher 20 % des transactions. Au-delà du danger potentiel de ce type de stupéfiant, de toute façon très contesté par les spécialistes, cette nouvelle tendance apparaît contestable sur le plan moral.»

Alors, que penser de cette nouvelle « trouvaille », de cette nouvelle drogue sonore qui va ravager non seulement les oreilles de nos enfants, mais leur santé en leur procurant des sensations aux conséquences, parfois, graves ? Nous, parents, à nous d’être vigilants. Car dans leur chambre avec leur ordinateur, nos adolescents ont tout loisir d’être pris dans cette horreur. Ils ont l’air calme sur leur lit, avec leur casque sur les oreilles, on croit qu’ils écoutent de la musique… Et ils partent en vrille…


N.B.: Vu les commentaires totalement irrespectueux, voire haineux, je me vois dans l'obligation de fermer ce blog aux commentaires!